Sac chic de ville

28 mars 2011

C’est à partir d’un sac plutôt ordinaire, non tissé, et violet de surcroît (une des rares couleurs que je ne porte jamais !) qu’est né mon sac chic de ville. Et je le dois à Marie-Christine, ma charmante belle-mère, qui l’a déniché dans le garage de sa maison (un heureux oubli des soeurs Reichlen !) sachant que je cherchais à confectionner un sac en tissu pliable à glisser dans mon sac à main ou plus exactement dans le sac à main d’une amie.

Une jolie expérience qui m’a permis de découvrir la pose des boutons à pression, la couture anglaise et aussi la confection d’un patron. Quelques photos avant de l’offrir à sa destinataire qui fêtera ses trente six ans et je m’empresse de me remettre à l’ouvrage et cette fois-ci ce sera pour mon propre sac à main.

Un sac s.o.s, écologique, en lin et coton, avec une touche d’élégance pour la toile de Jouy doublée de coton et faisant office à la fois de poche pour le porte-monnaie et de fermeture.

Un petit souffle printanier

1 mars 2011

La seule évocation de la camomille me fait penser à la tisane du même nom, une des rares tisanes que je n’aime pas car après l’infusion, le liquide a une texture visqueuse ! Mais alors, quelle jolie fleur et quel plaisir de l’avoir immortalisée sur la toile grâce à Sachiko Morimoto !

Pochette métissée (pour l’association des toiles de coloris différents), en lin, avec des jours brodés à la main ; un format plus grand la différencie légèrement de ses cousines « Duo de parme«   et « Phytolaque d’Amérique« .

Duo de Parme

12 janvier 2011

La saison n’est plus (ou pas encore) à la lavande, mais qu’importe, je voulais broder cette tige de lavande en stumpwork de la créatrice japonaise, Sachiko Morimoto (je suis une véritable inconditionnelle de son livre et des livres créatifs japonais en général !)

A les regarder de près, on dirait de vrais grains de lavande, à s’y méprendre ! Quant au modèle de la pochette, il s’agit d’une réalisation personnelle quasiment identique à celle du Phytolaque d’Amérique.

Ouvrage de Dame, Ouvrage d’Antan

5 novembre 2010

Une boîte à trésors pour brodeuse entièrement cousue de mes mains pendant plusieurs heures. J’aime toutes ces confections qui ne requièrent qu’une aiguille et un fil, et pour tout guide, une main directive. Une forme de cartonnage sans une seule goutte de colle !

Et avec le point glissé, on obtient des finitions fines et discrètes et le résultat peut être encore plus beau qu’à la machine ! Mais la patience est de mise !

Un délicieux modèle que vous pourrez retrouver dans le merveilleux livre de Véronique Maillard, « Ma petite mercerie ».

A la cour des tsars

5 novembre 2010

Mon blog ne répertorie pas les liens des sites/blogs que je visite, et pourtant, quand je peux, j’en visite quelques uns.
« A la cour des tsars » sans y être jamais allée grâce à ce ravissant modèle empreint de finesse et de délicatesse qui est une occasion de rendre honneur à « Mon aiguille », le blog de Véronique, que je visite régulièrement depuis un certain temps déjà.

Un ouvrage en quasi totalité cousu-main que j’ai beaucoup aimé confectionner.

« Articles précédents